Category: Coup de Zen

Plaisir et dépendance

En écoutant le dernier album de Stupeflip(moment de silence dans la salle) … Houlà non ! S’il vous plaît pas de regards désapprobateurs … j’assume totalement ma passion du moment pour ce groupe .. Le rythme, le flow, les backs et les textes venant d’un autre monde et superbement écrits .. (Merci à William en passant :) )

Bref, vous l’avez compris, j’aime ! Mais mieux, voilà que ça réveille en moi l’envie d’écrire … Je n’ai pas encore le talent pour le mettre en musique (mais si ça vous tente, vous êtes les bienvenus :) ), mais au moins je peux tenter de m’attaquer au texte et au flow en laissant parler ma tête .. sans retenue (Avertissement : Les contenus de la dite tête ne conviennent pas un public jeune ou influençable). Vas-y lecteur .. fais les backs …

Plaisir et dépendance

C’est bénéfique aux bébés phoques,
Enivrant comme un psychotrope
C’est comme une réflexion caustique
Un tir de sniper maléfique

Affamé comme le lycanthrope
Le billet caché dans l’enveloppe !
Inévitable et empirique
Impensable et cataclysmique !

Impossible de le mettre en pause
Douloureux comme une sclérose
Il est dedans, il veut sortir
Taguer son nom partout : « Plaisir ! »

Comme le jaune dans l’œuf à la coque
Personne ne voit qu’il se développe
Et quand finalement tu le croques
Il éclate, coule … rien ne le stoppe !

C’est parti pour l’accoutumance
Le plaisir fait la différence
Et en période d’abstinence
Trace un chemin vers la démence

Il entraîne ses périodes de manque
Ses coups durs dans le compte en banque
Mais Impossible de vivre sans lui
Sauf à pouvoir vivre d’ennui.

Se faire plaisir, c’est mon domaine
L’hédonisme c’est ma rengaine
Je n’regarde pas à la dépense
Peu m’importe ce que les gens pensent !

Je n’suis pas seul dans l’aventure
A lier l’ennui à la torture
A m’dire que vivre c’est agréable
Vivre sans envie … abominable.

Enivrant comme un psychotrope

C’est comme une réflexion caustique

Un tir de sniper maléfique

Affamé comme le lycanthrope

Le billet caché dans l’enveloppe !

Inévitable et empirique

Impensable et cataclysmique !

Impossible de le mettre en pause

Douloureux comme une sclérose

Il est dedans, il veut sortir

Tagger son nom partout : « Plaisir ! »

Comme le jaune dans l’œuf à la coque

Personne ne voit qu’il se développe

Et quand finalement tu le croques

Il éclate, coule … rien ne le stoppe !

C’est parti pour l’accoutumance

Le plaisir fait la différence

Et en période d’abstinence

Trace un chemin vers la démence

Il entraîne ses périodes de manque

Ses coups durs dans le compte en banque

Mais Impossible de vivre sans lui

Sauf à pouvoir vivre d’ennui.

Se faire plaisir, c’est mon domaine

L’hédonisme c’est ma rengaine

Je n’regarde pas à la dépense

Peu m’importe ce que les gens pensent !

Je n’suis pas seul dans l’aventure

A lier l’ennui à la torture

A m’dire que vivre c’est agréable

Vivre sans envie abominable.

Haiku

Poursuivie
la luciole s’abrite
dans un rayon de lune

Oshima Ryôta

Comment un oiseau peut se mordre la queue …

Où la dure réalité de Twitter et des Réseaux Sociaux à Grande Vitesse.

Ca m’a pris comme ça, au sortir d’un test d’un jeu déprimant pour ma carte graphique, puisque je n’ai pas réussi à y jouer plus de 5 minutes sans pousser ma pauvre GTX8800 dans ses retranchements (94°C quand même), alors que tous les autres trucs en 3D n’arrivent généralement pas à lui faire monter le rouge aux joues … Bref, je ne jouerai plus à Call of Juarez 2 !!

Donc, frustré de mon duel avec le Clint Eastwood synthétisé et son chapeau à larges bords, je m’épanche sur Twitter .. Quand soudain je réalise que si les gens qui me suivent sont eux-mêmes suivis par d’autres qui se suivent, et que moi-même je suis (je simplifie un peu, c’était moins rapide et moins clair dans mon esprit lors de ma méditation, mais en même temps vous avez (oh et puis j’peux te tutoyer hein, on est que nous deux …)), tu as donc, disais-je, autre chose à foutre), ben fatalament, et en faisant abstraction du niveau de parenthèsage proche d’un programme en LISP ci dessus, je me rattrape !

Je la refais .. je suis bidule, qui lui même suit machin, qui suit truc qui me suit. Au bout d’un moment, on va passer notre temps à lire des trucs qu’on aura déjà écrit .. Et ca va vite sentir le moisi !! Une sorte de consanguinité numérique, un atavisme du web 2.0, un peu comme dans ces vieilles familles aristocratiques, ou ces tribus encore isolées d’amazonie ..

Du coup, le piaf se mord la queue .. J’espère juste qu’aucun sale mioche n’aura eu le toupet d’y mettre du sel pour le freiner dans sa course, c’est mauvais pour sa tension …

Et puis avec un peu de chance, j’vais finir par suivre quelqu’un qui n’est pas suiveur, moi qui ne suis pas suivi. Ca cassera le cercle !

Je pense donc je suis disait le philosophe .. s’il avait su à quel point il était en avance sur son temps, lui qui pensait être !

Haiku – Kobayashi Issa

D’un sourire
Le Bouddha montre
un moucheron qui pète
[Kobayashi Issa]

Haiku – Ryokan

barusame ya
shizukani naderu
yarefukube

La pluie de printemps - 
je caresse tendrement
ma gourde fêlée. [Ryokan]

WordPress Themes